La Table d'Aline

( ne parle pas la bouche pleine )

Le Verre Volé,Paris

Le Verre Volé

IMG_20141110_122626

(J’ai eu bon…)

IMG_20141110_123557

Quelques jours à Paris et des envies de gloutons dans la tête…

Quelqu’un de bien avisé m’avait dit d’aller faire vibrer mes papilles au Verre Volé, cave à manger de Cyril Bordarier…

Un grand moment!

Une excellente table, des mets subtils, un très bon vin et une ambiance qui dépote.

IMG_20141110_123359IMG_20141110_123238

IMG_20141110_123209IMG_20141110_121126

La carte varie selon le marché et les envies du chef.

Elle est courte, précise et efficace, tout me faisait de l’oeil.

Selon ce qu’on a choisi, la serveuse enjouée nous a proposé un vin qui s’accordait parfaitement à nos mets: un Languedoc Roussillon de Loïc Roure, du Domaine du Possible, le Fruit du Hasard.

Le repas pouvait commencer…

La gambas ‘Carabineros’ de la Costa Brava juste saisie, vierge de citron de Kalamata pour S. …

IMG_20141110_122845IMG_20141110_122705

IMG_20141110_122556IMG_20141110_122803

Les coquilles St Jacques de Dieppe à la coque, beurre bordier aux herbes pour moi, une merveille (pas moi, hein, les St Jacques, hum..).

A la table voisine, un partage d’entrées: le demi pigeon fermier du Périgord en 2 cuissons, purée de potimarron et navets du Pardailhan.

Le ceviche d’huitres de Normandie, pickles et légumes croquants.

Et l’agneau de Clavisy grillé, pita, sauce blanche et coriandre.

Fameux.

IMG_20141110_122913IMG_20141110_122302

IMG_20141110_122226IMG_20141110_122525

Les assiettes sont belles, pas de chichis, tout est là pour nourrir ton œil et ton estomac.

Le chef japonais a le sens du bistrot raffiné.

IMG_20141110_010214IMG_20141110_010310

Les grosses palourdes de Normandie « Utah Beach » et son jus d’agneau arrivent et j’ai bon.

Tuerie terre-mer, la corbeille à pain (délicieux) y est passée, je ne voulais pas laisser une goutte de ce jus savoureux…

IMG_20141110_122130IMG_20141110_121759

IMG_20141110_122155IMG_20141110_121832

S. dévore son plat, une pintade fermière du Périgord au barbecue, polenta crémeuse au sang, choux-fleur au saté…

(Comment te dire…mon dieu, cette polenta au sang…j’en rêve encore).

La cuisson de la pintade est divine et le choux a vraiment fière allure.

Notre assiette de fromage préparée dans la cave à vin est une bombe de saveurs.

Entre le chèvre, la tomme, le brie de Meaux, le vieux comté et le bleu de Gex, on s’abandonne…

IMG_20141110_010815IMG_20141110_123006

IMG_20141110_121547IMG_20141110_123107

Nos estomacs sont repus mais les desserts nous font de l’oeil, la gourmandise prend le dessus.

Avec un flan de courge Kabosha et crème crue pour S. et une ganache au chocolat noir, mascarpone et brioche maison pour moi…

Je suis encore émue quand j’y pense.

De belles subtilités, des accords surprenants en bouche, je me sens vivre.

IMG_20141110_010012IMG_20141110_005721

IMG_20141110_010117IMG_20141110_005946

Un instant délicieux, qui ne risque pas de tomber aux oubliettes…



  1. Marco
    le 13 novembre 2014

    Waouw! Ca donne envie dis-donc! Prochaine fois je l’essaye.

    On aurait pu se croiser! J’étais également dans le 10ème pas plus tard qu’hier ;))
    J’y ai aussi fait une chouette découverte:
    un café-restaurant où l’on ne sert que des vins natures.
    C’est rue du Paradis, dans le 10ème, et ça s’appelle…
    « Le Paradis » 😉 Tout un programme… A découvrir

  2. latabledaline
    le 14 novembre 2014

    ah, ça aurait été drôle de partager nos bon plans!!la prochaine fois, j’irais bien au ‘Paradis’, tiens!merci, à bientôt Marc.

  3. latabledaline
    le 14 novembre 2014



Vous aussi, laissez un message !

Votre adresse email ne seras pas publiée