La Table d'Aline

( ne parle pas la bouche pleine )

Le Café des épices, Marseille, la belle

Le Café des épices

IMG_20160213_155215

Marseille la belle

IMG_20160216_093515

Retrouver la mer au coeur de l’hiver.

La ressentir au loin, alors que la ville grouille gentillement avec des accents de sud.

Profiter des rayons doux du soleil tout en galopant dans les ruelles.

C’était ma première fois.

Marseille m’a happée, enchantée, étourdie.

IMG_20160216_093133IMG_20160216_093217

IMG_20160216_093643IMG_20160216_093307

J’ai eu envie de me glisser dans ses flots glacés, envie de crier ma joie de voir toute cette beauté.

IMG_20160216_093057IMG_20160216_093545

Et j’y ai découvert une bonne table, pleine de surprises et d’entrain, le Café des épices.

Un endroit empli de chaleur et de simplicité et d’assiettes à se damner.

Je t’explique.

IMG_20160213_154623IMG_20160213_154949

IMG_20160213_155023IMG_20160213_154803

Des tranches de pain toasté accompagnées de rillettes d’agneau et patates douces viennent se glisser sur la table alors que l’on goute notre Chinon nature ‘Les Terrasses’ 2014 de Béatrice et Pascal Lambert.

Deux délices qui dansent dans nos bouches, ça commence très bien.

On choisit nos plats sur le tableau de saison où les saveurs semblent se marier subtilement.

IMG_20160213_154847IMG_20160213_155300

IMG_20160212_233024IMG_20160213_155104

Une crème de butternut et foie gras des Landes, magret de canard fumé maison, émulsion de noisettes, tuile de parmesan et fleur d’amandier.

Et un ceviche de dorade aux agrumes, crème de piquillos, pousses d’épinards et vinaigrette pimentée.

Délices et frétillements.

IMG_20160213_155357IMG_20160213_155446

IMG_20160213_155612IMG_20160213_155526

Une pièce de boeuf, purée de pommes de terre au raifort, petits légumes glacés, sauce au vin rouge.

Tendresse et force.

IMG_20160213_163931IMG_20160213_164018

La faim prend fin avec deux desserts subtils, une crème brulée parfumée au jasmin et une mousse au chocolat caramel, crumble aux pistaches et fruits secs caramélisés, suprêmes d’orange.

Douceur et volupté.

IMG_20160212_224823IMG_20160212_224647

Le chef Arnaud de Grammont n’était pas là, mais ses plats ont été exécutés avec brio par son second Loïc et Emilie, troisième larron de cette cuisine bien pensée.

L’humour et la gentillesse de notre serveuse n’a évidemment pas gâcher la grandeur de cette soirée.

Une adresse touchante, surprenante, il faut s’y ruer avec délices, s’y réjouir et y retourner.





Vous aussi, laissez un message !

Votre adresse email ne seras pas publiée