La Table d'Aline

( ne parle pas la bouche pleine )

Bouchéry

Bouchéry

IMG_20160201_180151

 L’émotion dans l’assiette

IMG_20160127_124228

Il y a quelques temps déjà, au coeur de l’hiver,  j’ai eu l’occasion de venir déguster un menu concocté par Damien Bouchéry en accord avec des vins oranges proposé par le sommelier du Chateaubriand à Paris, j’ai nommé Sébastien Chatillon.

Une soirée merveilleuse, qui n’a fait que confirmer mes attentes gustatives joyeusement orchestrées par Bénédicte Bantuelle.

Des très belles découvertes en bouche et des vins parfaits pour faire rosir mes pommettes, je tente de te raconter ça…

IMG_20160126_120224IMG_20160126_120152

Dans le calme et la volupté, c’est un verre de Pinot Grigio 2009 de Dario Princic à la main que cette soirée débute, une pépite slovène bien charpentée.

IMG_20160126_120640IMG_20160126_120407

IMG_20160127_125252IMG_20160126_120754

Les premières mises en bouche arrivent et se suivent sans batailler.

Concombre, ricotta, pimprenelle.

Chou de Bruxelles et sa noix de cajou soufflé.

Toutes les textures sont abordées et explosent en bouche, les choses s’annoncent merveilleusement bien.

Dans le verre, un Bianco Le Coste di Clementine è Gian Marco, un italien bien balancé.

IMG_20160126_155914IMG_20160126_160248

IMG_20160126_160340IMG_20160126_160537

Chou fleur assaisonné,  lentilles Beluga.

Déclinaison autour de la courge, du croquant, du moelleux, de velouté.

IMG_20160126_160628IMG_20160127_123421

Les entrées arrivent disposées avec grâce dans les magnifiques céramiques de Perla Valterria.

Foie gras de canard et carpaccio de navet cru accompagné d’un vin de Ruth Lewandowski, le Chilion 2013.

IMG_20160127_123907IMG_20160127_123638

IMG_20160127_125349IMG_20160127_123944

Un lieu noir, chips de topinambour et un vin géorgien, un Nikoloz Antadze Rkatsiteli 2014.

IMG_20160127_124148IMG_20160127_125415

Une volaille de Lustin, tendre à souhait, gnocchis, chicons, sauce à l’orange.

Et son ami le Testalonga El Bandito…

IMG_20160127_124607IMG_20160127_125450

Viennent alors les desserts.

Un sorbet bergamote, orange sanguine et guimauve maison accompagné joyeusement d’un  Zibibbo

Gabrio Bini Terre Siciliane Serragghia Bianco 2012.

Pain d’épices et baies d’argousier, un dernier zibibbo et pas des moindre, un Giotto Bini Serragghia vino secco.

IMG_20160127_124655IMG_20160127_125046

IMG_20160127_125517IMG_20160127_124925

IMG_20160127_124824IMG_20160127_125553

Tu l’auras compris, nous en sommes sortis joyeux comme des pinsons, repus et éblouis par une cuisine très inventive et subtile.

Avec un goût de reviens-y sur le bout de la langue.





Vous aussi, laissez un message !

Votre adresse email ne seras pas publiée