La Table d'Aline

( ne parle pas la bouche pleine )

Crab Club

Crab Club

IMG_20151001_074254

Pince-moi, je rêve…

IMG_20151001_071947

Il y a des jours comme ça, on sent que tout est possible…

Une balade de copains à vélo, un apéro improvisé au soleil, une soirée libre à imaginer un endroit où se régaler, et puis, se ruer chez Crab Club parce qu’on sait, on se doute… allez, tout ira bien et même plus…

Alors, tu prends place.

IMG_20151001_070911IMG_20151001_071051

IMG_20151001_071239IMG_20151001_071426

Tu es dans l’antre de Philippe Emanuelli, épris de coquillages, poissons, crustacés, champignons et autres produits qui se suffisent à eux-même.

Il a l’amour des mariages simples et efficaces, ceux que j’affectionne tant.

Ce lieu, il en rêve depuis longtemps, ça se sent.

Tu y vois Philippe, très épanoui, orchestrant entre la cuisine et la salle, une chorégraphie très fluide.

Et il y a beaucoup d’âme dans cet écrin.

Les lampes marines, le bois et le métal des tables, la brique apparente des hauts murs, les notes bleues de la vaisselle, c’est gracieux et puissant, comme cette cuisine qu’il nous fait goûter avec son associé et chef Yoth Ondara.

IMG_20150930_212314IMG_20151001_071624

IMG_20151001_072502IMG_20151001_080548

Si tu décides de te laisser faire, comme nous, tu verras les assiettes défiler dans une joie élémentaire, celle des plats à partager.

Il se cache derrière tout cela, un plaisir étonnant, celui de piocher dans une assiette qui n’est pas uniquement la tienne, un abandon dans l’abondance…

Soit, la persillade de tellines est là, mes coquilles favorites, souvenirs lointain d’un repas délicieux et interminable en Camargue, après une après-midi passée à faire du cerf-volant…

De la ciboulette, du persil, de l’ail, huile d’olive, sel et poivre, pourquoi faire compliqué, tout est là.

Dans le verre, un Retsina aux notes de romarin, on est déjà bien loin de la ville, protégés par une douce impression de vacances.

IMG_20151001_072910IMG_20151001_071319

IMG_20151001_073248IMG_20151001_073207

Déjà, le bar cru arrive, auréolé de tranches généreuses de cèpes…

Tu gardes tes couverts, tu frottes ton assiette avec ton pain, pas de chichis ni de faux semblants, comme à la maison.

Ça claque, c’est une merveille qui fait danser les applaudissements dans nos cerveaux d’heureux gourmands.

Tu ajoutes à ça un Pinot Gris du Luxembourg et c’est l’explosion des saveurs.

IMG_20151001_074254IMG_20151001_072130

IMG_20151001_072056IMG_20151001_075150

Suivra un autre bar cru à la poutargue à se damner, accompagnant un Philippe paradant avec la dite bête, spectacle des plus surprenant et réjouissant.

Ce bar a été pêché selon la méthode japonaise Ikéjimé, qui consiste à assommer et saigner le poisson, afin de garder une chair bien blanche et un temps de conservation bien plus long.

Dans l’assiette, cela donne beaucoup de tendresse et de saveur.

IMG_20151001_075230IMG_20151001_075352IMG_20151001_075442IMG_20151001_080319

On terminera par le pot au feu de poulpe, fondant à souhait, et la bavette aux anchois, accord mer-terre très ajusté, accompagnée d’une salade d’herbes savoureuse.

L’ivresse se peaufine avec un Cornas évident .

IMG_20151001_080724IMG_20151001_081114

IMG_20151001_081035IMG_20151001_081229

Les effets de la soirée sont là, repus et heureux comme des gamins, ivres de ce moment unique et joyeux.

Déjà, je compte les jours avant d’y revenir.

(Crab Club

Chaussée de Waterloo, 7 à 1060 Bruxelles

Ouvert tous les soirs de 18h à 22h, réservations au 0472/554695)

 



  1. Kloé
    le 6 octobre 2015

    Ahhhhhh la pêche aux tellines et le repas du soir … moi aussi plein de souvenirs de Camargue … 😉

  2. François Gaussin
    le 7 octobre 2015

    Je veux y aller absolument avec toi et Serge, qd ça vs arrangé… bisous

  3. aline
    le 9 octobre 2015

    avec plaisir!!

  4. Catherine
    le 13 février 2016

    Tout ça à l air délicieux mais vous étiez combien pour partager ces 5 plats , 2? Apparemment les portions ne sont pas énormes et donc l audition…. Mais j irai tester avec plaisir ce genre de nourriture que j apprécié énormément

  5. aline
    le 13 février 2016

    Nous étions 3 grands mangeurs, chère Catherine, et c’était bien assez!



Vous aussi, laissez un message !

Votre adresse email ne seras pas publiée